Une virée á Cape Town : Partie 1

Story by Stance Magazine.

Les récits de trip des pro riders c’est bien, mais ça ne ressemble pas toujours à notre réalité à nous, kitesurfeurs appartenant jusque là au commun des mortels. Alors, lorsque le normand, Mathieu Héliot, a proposé de nous raconter son trip à la Mecque du kitesurf hivernal, Cape Town, cela n’a pas fait un pli, nous avons décidé de partager son récit.
Voici donc la vérité vraie sur Cape Town, ses alentours, ses conditions de vent, et bien plus encore…

Nom : Mathieu Héliot
Âge : 28 ans
Ville d’origine : Caen, Normandie, France
Sponsors : Best Kiteboarding, Zeph Control
9 ans de pratique en kitesurf


"En temps normal, je sillonne les routes de Normandie avec mon Van jaune dès qu’il y a une session de kite ou de surf à faire. J’ai toujours mon appareil photo à portée de main pour faire des images sur les côtes de ma région natale que j’apprécie énormément. Mais l’hiver, j’aime échapper au froid qui envahit nos contrées. Pour la deuxième année consécutive, j’ai donc passé quelques semaines à Cape Town, en Afrique du Sud. Ce lieu possède une ambiance unique et dégage une énergie incroyable. En plus d’être la Mecque du Kitesurf, le dépaysement est garanti. Cette fois-ci, j’y suis allé avec mon pote Timothée pour rejoindre Kevin, un ami Breton et moniteur de Kitesurf qui a pour habitude de prendre ses quartiers d’hiver là-bas.

Avec mes 2 compagnons de voyages, comme à l’accoutumée, nous avons passé du très bon temps, rencontré des gens géniaux, et fait fumer les ailerons !"



Le vent Cape Town est connu pour son vent extrême en période estivale, ce qui correspond aux mois de décembre à mars dans cette partie-ci du globe. Mais le vent a pour habitude de forcir tout au long de la journée. Il est donc possible de choisir sa session en fonction de ses envies : plutôt en 9m voire en 11m le matin, pour finir en 7m le soir. Et comme partout, il y a aussi des périodes pendant lesquelles le vent est moins établi. Mais les jours sans vent sont rares et les statistiques sont assez incroyables. Mais toujours est-il que quand Cape Town se met réellement en marche, il y a déjà 30 nœuds le midi, ce qui annonce une fin de journée musclée!


>

Petit décrochage de nuages…

Les spots Bloubergstrand est la ville où la plupart des riders logent. C’est aussi « the place to be » car de nombreux spots s’y succèdent et il est possible d’aller se faire une petite session à pied. Big Bay est le spot le plus connu d’entre eux sûrement parce que tout le monde loge à proximité et que de nombreux restaurants surplombent la plage. Ce n’en est pas moins un excellent spot, car il est aussi à l’abri du clapot grâce aux rochers qui se trouvent au vent et on y trouve des vagues qui forment de bon kickers. Il possède une configuration qui peut s’apparenter à une arène, avec la célèbre Table Mountain en toile de fond, ce qui est parfait pour faire le show ! Le Red Bull King of the Air en est le parfait exemple, l’ambiance y est survoltée et chacun y va pour encourager les riders. Un grand bravo d’ailleurs à notre Nico Etienne national qui a assuré le spectacle!


"Bref, Cape Town est une destination facile où tout reste à portée de main. Mais l’Afrique du Sud est un très grand pays, et je garde dans un coin de ma tête l’idée d’un road trip, avec une planche et un sac à dos dans le coffre, pour sortir des sentiers battus en direction de la Namibie ou par la Garden Road…"

Plus au sud de Big Bay, il y a une succession de spots intéressants, notamment Sunset Beach et Dolphin Beach. Le shorebreak peut y être important et le plan d’eau est clapoteux dès que ça souffle fort. Mais le vent dominant venant du sud, il est possible de faire un downwind jusqu’à Big Bay. Pour les autres spots, il faut obligatoirement une voiture. Witsand et Scarborough, pour ne citer qu’eux, se trouvent sur la péninsule de Cape Point et sont des spots de vagues qui valent le coup d’œil. Le vent y est souvent plus fort qu’à Bloubergstrand. Mais c’est surtout l’occasion de prendre la superbe route côtière, de s’arrêter manger du poisson au port d’Hout Bay et d’aller randonner autour du mythique cap de Bonne-Espérance. Enfin, à 1 heure de route en direction de la Namibie se trouve la petite ville de Langebaan. Elle est située à l’intérieur d’un immense lagon qui offre par endroits quelques bonnes zones de flat. Idéal pour le freestyle, mon spot préféré est Shark Bay : l’eau turquoise y est chaude et il n’y a, contre toute attente, aucun requin!

Retrouvez la suite des aventures et des conseils de Mathieu Héliot à cape Town, mardi prochain !